Batterie mon amie

Les batteries sont super sympa. En général.

On en trouve partout, dans nos téléphones :

Dans nos ordinateurs :

Et, j’ai pas de photos mais vous pouvez me croire sur parole, il y a également des batteries dans les groupes électrogènes qui permettent de faire tourner la clim du datacenter en cas de coupure de courant.

Et matériel professionnel ou pas, de qualité ou pas, « military grade » ou pas, les batteries quand ça décide de pas marcher, ben ça marche pas. Et le groupe électrogène, quand sa batterie ne marche plus, il est solidaire, il se met en sécurité (c’est l’expression officielle pour dire qu’il est solidaire de la batterie qui veut plus bosser et que lui aussi il veut pas se mettre au boulot).

Et c’est ce qui nous est arrivé il y a quelques jours !

4h du matin : coupure de courant dans tout le quartier

Les onduleurs (eux aussi, de grosses batteries, mais genre…. très grosses batteries, qui peuvent faire tourner le datacenter pendant une bonne dizaine d’heures) ont fait leur boulot, le datacenter continue à tourner.

Le groupe électrogène se dit « diantre, notre fournisseur d’électricité est défaillant, convertissons vite ces 6000 litres de fioul en électricité » (oui le groupe électrogène se dit ça, et il passe à l’acte ! Parce que le groupe il sait que la clim compte sur lui pour repartir, la clim s’est arrêtée et elle attend impatiemment que le groupe électrogène fasse son boulot pour l’alimenter en électricité pour qu’elle puisse continuer à maintenir une température acceptable dans la salle du datacenter.

Quel suspense…

C’était sans compter sur la petite batterie dont personne ne connaissait l’existence. Et bien il faut croire qu’elle en avait marre de rester dans l’ombre et elle s’est dit « Voilà mon heure de gloire, on parlera de moi dans les journaux ! », et ni une ni deux, quand il a fallu fournir un peu de courant pour le bon fonctionnement du groupe électrogène, elle a dit « non, niet, nada, je ne bosserai pas ».

Le groupe électrogène, voyant ça, s’est senti obligé de ne pas abandonner sa vieille amie de toujours, et a décidé, dans un élan de solidarité, de ne pas bosser non plus.

Et la clim est restée éteinte.

Il aura fallu une dizaine de minutes pour que les premiers serveurs s’éteignent dans la salle.

Une heure après la coupure, nos amis électriciens rétablissaient le courant électrique, les clims repartaient.

Et comme on a des serveurs redondants et une architecture résiliente aux pannes, c’est en arrivant à 7h qu’on s’est rendu compte que quelque chose de louche s’était passé. L’astreinte informatique n’avait pas été appelée, personne ne s’était rendu compte que des serveurs (pourtant des serveurs d’applications critiques !) avaient été éteints.

La morale de cette histoire, c’est que oui, les batteries sont nos amies, il faut en prendre soin.

La deuxième morale de cette histoire, c’est que les personnes qui bossent dans un datacenter, quand l’architecture est bien pensée, restent dans l’ombre, que tout ronronne au poil ou que la clim pète et les serveurs s’éteignent, on entend pas parler de nous.

La troisième morale de cette histoire, c’est que si vous entendez parler de nous, c’est que c’est vraiment la merde.

Vous ne voulez pas entendre parler de nous ^^